Archives mensuelles : janvier 2015

Après l’auto-hypnose, l’osthéopathie, l’acuponcture, le reiki, pourquoi pas la cure thermale !

images
C’est bien connu, nous les pmettes, on est prête à essayer beaucoup de choses pour arriver à l’avoir notre billet de train !!! 😛
Et v’là ti pas que belle-môman a trouvé un superbe article sur la cure thermale de Salies du Béarn pour le traitement de la stérilité féminine. Article qu’elle a pris soin de photocopier (format A3 et en couleurs, histoire qu’on n’ait aucune excuse pour ne pas le lire) et de donner au Prince (parfois je dois lui faire peur…).
Alors pipeau ou effet réel…???
En tout cas, si on peut avoir un arrêt maladie pour les 3 semaines de cure, je vais y réfléchir ! 😉

Allez les filles, ça vous dit une cure entre blogocop’s ?!?!

thc055-blog1
www.thermes-de-salies/cure-thermale-sterilite-feminine

Débrief rdv 2d avis sur notre « cas »

On sort du rdv avec Dr.D, le gygy miracle de Lutine , Lisette et PMGirl.
Pour rappel, on est allé le voir pour avoir un 2ème avis sur notre cas, et sur l’ensemble de notre parcours (différents résultats d’examens, protocoles auxquels on a participé, etc).

Le Prince n’attendait rien de ce rdv, et moi je ne pouvais m’empêcher d’avoir un immense espoir… Espoir de quoi ? je sais pas, un miracle peut-être ?

Ça m’a fait tout bizarre d’être assise dans cette grande salle d’attente plutôt chic. C’est pas le côté class qui m’a perturbé, ça on s’habitue très vite! 😉 C’est le fait que d’autres pmettes « que je connais » se sont assises sur les mêmes chaises/canapés, la drôle d’impression de suivre des blogocop’s qui ont réussi…

Bref, le Dr.D est exactement comme on me l’avait décrit : professionnel (un peu froid) mais humain, et plutôt pas moche. Même si on ne vient pas pour se faire endochataliser par un sexy-boy, avouons-le, ça ne gâche rien ! Et surtout ça m’a drôlement changé de Dr.Big-bidou… 😛
Quand on est entré dans le cabinet, j’ai posé notre dossier sur son bureau. Ca a fait un drôle de bruit sourd, c’est qu’il commence à avoir une bonne épaisseur…
On a résumé notre parcours, ça prend du temps ! Heureusement que j’ai mon résumé noté dans un cahier, ça permet de ne rien oublier.
Malgré le grand nombre d’examens qu’on a déjà pu faire, il a noté qu’il en manque quelques uns. Du coup, on a eu droit à quelques ordonnances.
Prise de sang pour mesurer mon AMH, parce qu’à priori ça n’a jamais été fait, et que ça semble important pour évaluer ma réserve ovarienne (ça pourrait expliquer le faible nombre d’ovocytes – 6 – obtenus à Fiv4). Ce qui a fait sourire Dr.D c’est que le Prince, lui, a eu un dosage de son AMH mais pour les hommes ça ne sert pas à grand chose… 😉
Echo des testicules et de la prostate + un nouveau spermogramme car les 2 précédents sont trop anciens (fin novembre 2011 et début 2012). Le Prince est un peu inquiet par l’écho de la prostate, il a peur qu’elle ne soit pas externe… Vos chéris ont déjà eu ce genre d’examen ? Vous savez comment ça se passe ?

Dr.D pense que notre cas n’est pas encore désespéré et qu’il est trop tôt pour envisager le don.
Je suis jeune (il l’a répété X fois…) et d’après lui comme j’ai été enceinte suite à Fiv3, notre « compteur Fiv » serait reparti à zéro. Là, j’ai vraiment du mal à le croire… Vous avez des infos à ce sujet ?
Bref, de toute façon je lui ai clairement dit qu’au delà des possibilités de prises en charge des Fiv par la sécu, il y a le cumul de nos échecs qui nous ont usés moralement. J’espère qu’il a bien entendu…

Avant de nous proposer un protocole, il souhaite avoir les résultats des examens prescrits.
Mais, si le nouveau spermo du Prince n’est pas catastrophique, il pencherait pour un souci au niveau du développement embryonnaire et de son accroche dans l’utérus.
Il remet en cause l’efficacité des Fiv dans notre cas, et se demande si une « simple » IAC ne serait pas moins éprouvante, et tout aussi efficace. Selon lui certaines femmes peuvent tomber enceinte « naturellement » (IAC sur cycle naturel) mais avec des stimulations de Fiv elle perdrait cette fécondité, leur corps serait trop perturbé. J’ai un peu de mal à accepter cette « régression », passer de Fiv à IAC…? Bref, on verra le spermo du Prince…
Sinon, il pourrait nous proposer une Fiv ICSI sans transfert. En fonction du nombre d’embryons obtenus, soit il congèle à J1, soit il laisserait pousser jusque J5 puis il congèle. Le transfert se ferait sur un autre cycle après décongélation des petits pingouins. L’endomètre serait plus beau sur cycle naturel que sur cycle stimulé. A voir…

Toutes les options de Dr.D serait associé à ce qu’il appelle un « accompagnement à l’accroche » composé d’Aspégic, de corticoïdes et d’anti-coagulants.

Un drôle de sentiment à la sortie du cabinet… A la fois un soulagement car le Dr.D semble très cartésien (comme le Prince et moi) et je crois que ça me rassure. J’ai l’impression d’être « prise en main », qu’on me propose de nouvelles solutions, j’ai pas besoin de chercher par moi-même. Je n’ai pas en face de moi un toubib qui souffle de « désespoir » sans trop savoir quoi nous proposer pour la prochaine tentative.
Dr.D semble dire qu’il y a encore des options à tenter. Mais devons-nous réellement le croire ? Laisser l’espoir nous gagner à nouveau ? Au risque que la chute soit de plus en plus dure… Quand je vois dans l’état où j’étais en décembre, ça me fait peur…
Je ne sais pas…
Le Prince accepte sans rechigner de faire ces examens (je crois qu’il lui a fait bonne impression ce nouveau gygy!).
Moi je vais faire ma petite prise de sang.
Puis on retournera voir Dr.D, et on verra bien…

La seule chose dont je suis sûre c’est que je ne vais pas parler à ma famille de cette rencontre.
J’en ai ras-le-bol d’entendre qu’il faudrait « accepter » et arrêter tous ces traitements potentiellement dangereux pour ma santé.
Avec le Prince, on a toujours dit qu’on ferait tout pour ne rien regretter (dans la vie en général), j’espère juste qu’on ne se trompe pas, et que cette nouvelle « orientation » ne sera pas celle qui nous fera nous mordre les doigts dans quelques années… (ça a quand même l’air costaud les médocs de son accompagnement à l’accroche…)

32

Et non ce n’est pas le résultat d’un bhcg à 12 ou 13dpo, c’est bel et bien le chiffre qui trônait aujourd’hui sur mon gâteau d’anniversaire…
Comme beaucoup d’entre vous, si on m’avait dit… jamais j’aurai cru… le ventre toujours désespérément vide à 30ans passés…

anniversaire
Je rêve de grossesse depuis une dizaine d’années maintenant. J’ai attendu patiemment que mon Prince soit prêt, lui qui préférait qu’on se marie avant.
Il y a 5ans (bon, 5ans dans 3mois, mais vous allez pas chipoter) on se disait « oui » et j’arrêtais la pilule, persuadée de tomber enceinte en C1 ou C2 comme ma sœur.
Naïve. Crédule. J’ai découvert que le monde des Bisounours n’existe pas, mais que c’est DNLP qui le contrôle.

Autrefois j’aimais fêter mon anniversaire. J’aimais souffler mes bougies, recevoir des cadeaux. Mais ça, c’était avant.
Aujourd’hui je n’ai plus le goût à tout ça, le seul cadeau que j’aimerai, je me bat à chaque stim pour l’avoir…
Pourvu, pourvu que ce soit mon dernier soufflage de bougies sans enfant…

PS : Vraiment désolée pour ce post un peu triste, mais il y a des jours où le cœur n’y est pas.
Demain est un autre jour.

Evolution pro, la trouille.

Pinaise, il a suffit que je prenne du temps pour moi en ouvrant ce blog pour qu’on me propose une « belle » évolution de poste !

Depuis que j’ai arrêté la pilule, je n’ai plus la même niac au boulot. Mon enthousiasme débordant et mon investissement à la limite de l’acceptable par le Prince (journées à rallonge) ont plus ou moins disparu.
Disons que je me suis mise en mode « confort professionnel » pour essayer de m’alléger l’esprit afin de lutter contre le stress (qu’on sait toutes être à l’origine de notre infertilité!).
Parce que oui, je suis une stressée de la vie. Sauf que ce stress c’est moi qui me l’auto-inflige en étant très/trop exigeante envers moi.
J’ai besoin de me sentir utile, de sentir que mon travail est apprécié, de croire que mes collègues apprécient de travailler avec moi.
Sans cela, je me remet systématiquement en question, je doute, je m’auto-flagèle (mentalement!).
Bref, la psy parle d’un fort besoin de reconnaissance et d’un gros manque de confiance en moi dus à la bêtise profonde de mes parents (restons polie au cas où ils passeraient pas là un jour…).
Et parce que sinon ce serait trop simple, je suis insupportable (et le mot est faible) quand je m’ennuie intellectuellement. Pas que je sois surdouée, loin de là, mais j’ai besoin que ça pulse un peu là haut !
Voyez le topo ?

Bref, nous voilà à 1 semaine de notre rdv avec Docteur Bis pour qu’il nous donne son avis sur notre parcours et qu’il accepte éventuellement de nous accompagner pour fiv4bis.

Et v’là qu’on me propose une nouvelle mission, qui doit démarrer genre dans 10jours, que mon Prince qualifierait de « mission suicide ». Effectivement, c’est le poste que personne ne veut faire parce que la charge de travail est astronomique et les responsabilités assommantes (classiquement ceux qui le font tiennent 1 ou 2 ans maxi avant de finir en burn-out).
Sauf que c’est aussi le poste qui me permettra d’apprendre énormément, de rencontrer et de travailler avec des gens de différents métiers, d’encadrer et de piloter l’activité de toute une équipe, bref de me challenger professionnellement.
Heu, tout ça sans augmentation de salaire, parce que dans ma société c’est travailler plus pour gagner pareil (vive la prestation dans mon secteur d’activité!).

Alors j’ai la trouille…
J’ai très envie de prendre le poste (en plus faut que je donne une réponse rapidement!).
Mais j’ai très peur :
1) de me planter en n’arrivant pas à assumer le boulot (techniquement et moralement)
2) de négliger mon Prince au profit de ma « carrière »
3) de mettre en péril la potentielle réussite de Fiv4Bis (ça m’étonnerait que je puisse poser 1 semaine de maladie comme j’ai fait aux 3 précédentes, et je ne sais pas comment je vais gérer les échos/prises de sang avec un agenda full de chez full, sachant qu’en plus le cabinet sera un peu plus loin que le précédent).

Et le pire c’est que je ne sais pas comme je vais faire pour trouver le temps de vous lire et de commenter vos articles !

Aaaaaaaaaaaaaah qu’est ce que je dois faire !?!?!?!?!?!?!?

sem42_news_DicoCoiffure

( photo non contractuelle 😉 )

Julys, défi relevé !

Julys, elle est trop forte, c’est une mine de bonnes idées ! 🙂
Je relève mon 1er défi !
Voici les 5 chansons qui, même les jours de gros blues, me font systématiquement bouger mon boule !

1) The Black Eyed Peas – I Gotta Feeling

2) Khaled – C’est La Vie

3) Plastic Bertrand – Ca Plane Pour Moi

4) Beyoncé – Single Ladies

5) Téléphone – Ça (C’est Vraiment Toi)

Oui j’écoute de la daube mais j’assume !
Vive la positive attitude !!! :-))

Problème de riches

A force, je vais finir par vous perdre… Je vous parle de Fiv4Bis, de don sperme et/ou d’ovocytes et là je vais rajouter encore un sujet : l’adoption.
Oui c’est grave le bordel dans ma tête. 😛
De prime à bord, vous pourriez croire qu’on court désespérément dans toutes les directions vers cet enfant qu’on désire tant.
Et, en fait, vous auriez sûrement raison (écrire les choses, ça fait prendre conscience…).
Après les échecs de Fiv2 et des TEC qui ont suivis, j’ai été moralement épuisée et l’idée d’adopter plutôt que d’enfanter a fait son chemin dans ma tête. Comme je suis du genre fonceuse, j’ai convaincu mon Prince d’entamer les démarches tout en continuant la PMA, histoire de gagner quelques mois de procédure.

J’avoue qu’on a « un peu » menti à l’assistante sociale et à la psy en leur disant qu’on avait fait le deuil d’un enfant biologique. Pas bien…
Il faut croire qu’on a été plutôt convaincants puisqu’en juillet 2014 (soit environ 11mois après le début de nos démarches) nous avons eu la chance d’obtenir le fameux sézam, l’agrément pour l’adoption d’un enfant de moins de 3ans sans particularités (oui c’est comme ça qu’on dit quand on « veut » en enfant globalement en bonne santé).

faire-part-adoption-mixte
Depuis, c’est le calme plat. Nous n’avons pas du tout commencé les démarches auprès des OAA (Organismes d’Aide à l’Adoption).
Quand on s’est penché sur le choix du pays, les problèmes de relations internationales et leurs conséquences nous ont fait froid dans le dos.
Et rien qu’à l’idée de devoir à nouveau entamer un parcours que l’on sait long, éprouvant et difficile, je suis épuisée d’avance.
Surtout, il ne faut pas que je me voile la face, j’ai vraiment envie de le porter cet enfant.
Envie de le sentir bouger dans mon ventre.
Envie, au moins une fois dans ma vie, de vivre cette expérience de donner la vie.
Le deuil de la grossesse, je suis loin de l’avoir fait…

L’idée du don de gamètes n’est venue qu’après. Plus difficile à accepter. Pourquoi, je ne sais pas, mais c’est comme ça.
Aujourd’hui, nous l’avons parfaitement intégré parce qu’en réalité c’est aussi une forme d’adoption.

Je suis très probablement une acharnée, et j’espère sincèrement que ma ténacité à vouloir devenir maman sera payante un jour, et si possible pas dans 10ans… 😉
Ce dont il faut que je me méfie, c’est que cela ne devienne pas une obsession qui pourrait me faire perdre mon Prince…

shafique-keshavjee.58896-faut-savoir-bon-moment-renoncer-tenacite-retirer-distinguer-obstination-insister-perseverer

Grâce à vous, 2ème avis dans 15jours !

Tout est dans le titre !
Un petit appel à témoins dans mon précédent post, quelques mails pour celles/ceux qui seraient passés à côté, 2/3 coups de téléphone, et nous voilà avec un rdv pour avoir un second (fin janvier) voir même un troisième (début mars) avis sur notre cas. 🙂
MERCI pour votre aide !!!

Le Prince est moyen chaud, il pense que ça ne nous apportera pas grand chose à part de nouveaux doutes.
Je crois que ce qu’il redoute le plus c’est qu’on nous demande de refaire certains examens (autant pour lui que pour moi). Marre des analyses qui ne donnent aucune réponse, on veut de l’action, et de l’action qui marche !

Perso, j’ai grave cogité (vous avez vu comme je parle djeuns!), j’en ai mal dormi malgré ma super potion magique à base de plantes qui habituellement limite mes nuits agitées.
Et ma conclusion est pleine de questions…
Initialement on souhaite « seulement » un autre regard sur notre parcours, mais, quitte à refaire une Fiv (qui plus est une 4ème-BIS!), vu que dans notre centre actuel on nous propose de refaire exactement le même protocole que déjà fait, pourquoi ne pas la faire dans un autre centre ?
Avec d’autres techniciens de labo ?
Des appareils différents (ou pas)?
Un centre privé attaché au « fameux » laboratoire Eylau ? (ne me demande pas d’où je sors ça, je ne me souviens plus où je l’ai lu…)
Un centre en meilleure position dans le classement des PMA françaises ?
Du 2ème avis, je pars en live, et je m’interroge…

On a fait 4 Fiv (oui je me répète, mais 32ans bientôt, la sénilité me guette!) dans le même centre. On a suivi toutes les évolutions de protocoles qu’on nous a proposé. On a, à priori, essayé toutes les techniques qu’ils pouvaient nous proposer (même le protocole d’essai de l’analyse du GP).
Alors, il est peut-être trop tard pour changer de crémerie ?
On aurait peut-être dû faire ça avant ?
Peut-être qu’un autre gynéco ne voudra pas s’embêter à prendre en charge un couple qui n’a plus qu’une seule possibilité d’essai ?

Bref, c’est le bordel dans ma tête !!!